NOIR DE BOUGIE

13 juillet 2017

EXPOSITION ROCHETAILLÉE

affiche 3 regards compressée

invitation Rochetaillée 3 regards

Posté par noirdebougie à 14:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]


05 juillet 2017

LE CHEMIN DE CÉLADON

Astrée et Céladon s'aiment. Abusée par un jaloux, Astrée se croit trahie et, de douleur, Céladon se jette dans le Lignon.

1311505-Honoré_dUrfé_lAstrée__Céladon_allant_se_jeter_dans_le_Lignon

C'est sur les lieux de ce drame pastorale que vous emmène cette promenade.

Départ de La Bstie d'Urfé, demeure de la famille de l'auteur de l'Astrée,

pano

en longeant le mur du jardin renaissance.

épouvantail

Le paysage au temps de l'Astrée était fait de paturages, les arbres depuis ont pris possession des lieux.

arbres

Première étape, le saut de Céladon.

saut de celadon

Le Lignon, bien paisible aujourd'hui, était, au XVII° siècle une rivière fougueuse aux fortes crues. Un pont permet de continuer la promenade vers Montverdun,

pont

et vers l'oratoire du Saint Porchaire.

Quittons un instant notre roman pour une douloureuse histoire.

saint2

Au VII° siècle ce moine de l'île de Lérins fut victime de la cruauté des Sarrazins. On lui arracha les yeux.

Aveugle, il revint à pied  dans son pays du Forez, le visage ensanglanté. Chaque jour il allait baigner ses blessurs dans l'eau d'une source.

eau saint

Mais en 730 les Sarrazins inondèrent de leur barbarie les bords de Loire et, à la recherche d'un trésor, achevèrent le saint homme d'un coup de lance.

"L'amour de mon Dieu, voilà mon trésor" furent ses dernières paroles.

saint1

Il est représenté les orbites vides et sanglantes,

saint tête

Tenant ses yeux dans sa main.

yeux saints

Mais ne laissons pas Céladon balloté plus longtemps dans le cours tumultueux du Lignon.

Le courant le dépose sur le sable où trois Nymphes, Galathée, Silvie et Léonide le recueillent.

lignon2

Un peu plus loin le tombeau du poète ou tombeau de Céladon que ses amis bergers croyaient mort.

tombeau du poëte

tombeau texte

Une jolie promenade au fil des découvertes, un arbre-banc,

arnre banc

un alien de bois flotté.

monstre

 

Qu'on ne parle plus de malheurs,

Que les pleurs

Cessent de ternir vos visages.

Puisqu'il est fatal qu'à son tour

Lignon marie en ses rivages

Les douceurs de la paix

Aux charmes de l'amour.

Ainsi se termine l'Astrée d'Honoré D'Urfé.

lignon1

Posté par noirdebougie à 19:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01 janvier 2017

QUESTIONS RÉPONSES ?

Trois travaux sur le même motif : une allée d'arbres carmin sur bleu outremer.

Partant du tableau précédent que je trouve trop confus en premier plan et loupé pour le fond,

15697609_670593909769662_5923633463247981018_n

 

j'ai changé l'orientation, simplifié les troncs, essayé un gris bleuté argenté pour ceux-ci et trouvé un beau rapport entre le carmin et le bleu outremer décliné en clair et foncé.  Mais le haut des arbres  ne se détache pas assez sur la zone de feuillages confuse et le ciel trop clair.

outremer_I

Deuxième essai, transformer les arbres de premier plan en rythmes semi-abstraits et supprimer la partie haute du précédent trop claire et confuse. Mais l'idée des caches en ruban de masquage posés au départ est trop visible une fois enlevés et fait bricolage. Par contre le fond  recouvert au départ de bleu outremer à l'acrylique fonctionne bien lorsqu'il apparait accidentellement aux contours des formes des arbres.

outremer_II

Troisième essai, ne garder que le fond. Celui-ci me satisfait ...pour le moment. Peu de couleurs, bleu outremer, carmin de garance et gris de Payne et un chouia de jaune de chrome moyen (dans le ciel et le feuillage), des aplats.

outremer_III

Avant de voir une allée d'arbres au lever ou coucher du soleil ou la nuit on voit des couleurs et l'outremer du fond partout transparaissant apporte sa sombre lumière. Le risque : une schématisation apauvrissant le travail. Toujours des questions et des réponses ... provisoires.

 

 

Posté par noirdebougie à 16:58 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

11 décembre 2016

PROMENADE ENTRE AUTOMNE ET HIVER

"Saluez-moi toute la compagnie" * nous dit l'automne en ses derniers jours.

Le soleil est bas sur l'horizon, blanc, à peine chaud.

Sans_titre

Les arbres révèlent leur âme torturée.

P1130135567

Le gel de la nuit blanchit d'un bleu-vert très pâle le bord encaissé des rivières.

P1130151

P1130198

Les ombres longues au sol strient les chemins et les talus,

d

grimpent aux arbres.

P1130183

L'année croule

P1130194

et craque sous les pas du marcheur .

P1130173

Dans les prés et sur le bord des chemins les baignoires déracinées ont froid.

P1130156

P1130154

P1130195

P1130166

P1130168

P1130188

P1130191

"Saluez-moi toute la compagnie" * nous dit l'hiver dans les coulisses.

Sans_titre2

 

*Charles d'Orléans .

Paradis des Albatros / "Saluez-moi toute la compagnie..."

(Charles d'Orléans) Saluez-moi toute la compagnie Où à présent êtes à chère lie, Et leur dites que volontiers seroie Avecques eux, mais être n'y pourroie, Pour Vieillesse qui m'a en sa baillie. Au temps passé, Jeunesse si jolie Me gouvernait ; las ! or n'y suis je mie, Et pour cela, pour Dieu, que excusé soie.

http://www.paradis-des-albatros.fr

 

Posté par noirdebougie à 12:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

30 novembre 2016

AUTOMNE EN QUATRE TABLEAUX

4_tableaux_d_automne

"La couleur étant en elle-même énigmatique dans les sensations qu'elle nous donne, on ne peut l'employer qu'énigmatiquement, toutes les fois qu'on s'en sert, non pour dessiner, mais pour donner des sensations musicales qui découlent d'elle-même, de sa propre nature, de sa force intérieure, mystérieuse, énigmatique. La couleur qui est vibration comme la musique atteint ce qu'il y a de plus général et partant de plus vague dans la nature : sa force intérieure".

Paul Gauguin - Oviri Écrits d'un sauvage.

Posté par noirdebougie à 20:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


04 novembre 2016

VERNISSAGE DES BARD'BOUILLEURS

Suite au premier article,

PREMIÈRE EXPOSITION DES BARD' BOUILLEURS - NOIR DE BOUGIE

Première exposition des Bard'bouilleurs. Tout est dit dans l'article de Michelle Pallay du journal "le Progrès" du 13 octobre 2016. Quatre accrocheurs sur la photo mais six exposants pour cette édition. Gageons que l'an prochain nous serons plus nombreux et que le temps nous sourira. Vernissage jeudi 3 novembre à partir de 18h.

http://noirdebougie.canalblog.com

quelques photos de l'exposition et du vernissage jeudi 3 novembre 2016.

vernissageEn présence de M. Quentin Pâquet, maire de Bard et de Dominique Marchiset, adjoint, d'une nombreuse assistance notamment de l'atelier de Champdieu de Danielle Champet, les Bard'bouilleurs vernissaient leur première exposition en mairie de Bard. 

bas2De gauche à droite,des paysages de Bard, Agnès, Michèle et Anne-Marie,

bas à l'étage, Anne-Marie, Michèle et Marie-Henriette, des paysages proches, Roche-en-Forez et le château du Rousset,

escalierJean, Marie-Henriette, Alain, différentes vues de Bard,

angleAlain, Jean, paysages autour du lavoir.

hautJean, Michèle. Deux tableaux de la chapelle St Roch à Vidrieux.

Chateau_CouzanLe château de Couzan de Marie-Henriette.

Les Bard'bouilleurs ont régalé leurs invités d'une soupe de courge bien de saison et d'un buffet copieusement garni.

 

vernissage_2

Les élus bardois ont invité tous les peintres aimant ou désirant essayer le plein air à la prochaine journée des bard'bouilleurs le premier dimanche de juin 2017. Bonne humeur et soleil de la partie, c'est promis.

L'exposition est visible jusqu'à la fin du mois de novembre 2016, Mardi-Jeudi-vendredi 9h-12h et mercredi 14-16h.

 

 

 

 

Posté par noirdebougie à 11:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

29 octobre 2016

UP-CYCLING

Une vieille machine Singer au grenier. En la recevant j'imagine le plaisir de ma grand-mère car l'objet est magnifique mais aujourd'hui juste un poids (et quel poids) mort.

dore_

Tout démonté, il y avait des épingles et aiguilles nichées dans le moindre recoin

de_monte_

Le pied devient un beau support pour une petite console de couloir.

squelette

Le plateau en bois qui supportait la machine, recouvert d'une plaque de mdf arrondie aux angles pour cacher les trous de fixations, peint d'un gris taupe Ripolin "attitude recup" spécial objets et meuble en bois.

entier

Deux petits tiroirs et une sorte de plumier basculant, pour les clés, les lunettes ... en place de canettes et de ciseaux ...

ouvert

En place dans le couloir. Cela s'appelle de "l'up-cycling" en langage branchouille, redonner à un vieil objet un coup de jeune et une nouvelle fonction.

couloir

Quand au tableau sur le plateau, toujours ma carrière de Périgneux. La biennale du verre de St-Rambert et ses magnifiques couleurs m'a tenu les pinceaux pour ce "tondo".

tondo

Posté par noirdebougie à 18:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 octobre 2016

1° EXPO DES BARD'BOUILLEURS

invit bard 2016 top

Posté par noirdebougie à 17:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 octobre 2016

LA COULEUR DES MOTS

Il est des carrières de haute réputation, d'où l'on détache, depuis des siècles, un marbre noble qui recèle tout un monde de beauté, de Dieux, de Déesses, de Nymphes et de Reines, un monde d'aventures mythologiques sauvages et violentes, pour peu qu'un sculpteur inspiré sache rêver en lui.

vieille_branche

Il est des carrières abandonnées aux friches, sans titre nobiliaire, qui abritent encore les rêves des promeneurs.

On ne travaillait pas, à Périgneux, au marbre du Laocoon mais on taillait des cubes de granit qui partirent paver les artères de grandes villes.

S'ils ne portaient pas nom, Athénoros ou Polydoros ..., ils étaient Julien et Barthélemy ..., venant de la Creuse et firent souche à Périgneux.

Carrie_re_3

Enfant, je me souviens de pique-niques dans les carrières, des œufs durs, de la salade de tomates, et du jambon, du vrai, pas en plastique.

Il y avait, un peu plus bas, une ancienne forge éventrée, avec, encore, un grand soufflet en cuir.

Les trois cents carriers de la grande époque ont fait place à des pins sylvestres, partout prenant racines, comme une horde d'assaillants, agrippés au moindre ressaut, vers la lumière.

Comme ils nous ressemblent ces arbres.

arbre_mort1

Des éboulements ont arraché de vieux solitaires qui pendent, racines au vent.

Des éboulis se sont bloqués sur des troncs en rang serré, courbant la base de jeunes arbres, qui se redressent vers leur part de lumière, comme une personne malmenée par la vie qui plie et ne rompt pas.

e_boulis

Au milieu d'eux, si droits, si résistants, on est de retour à la maison, à sa place dans le calme du monde.

Mais les couleurs de tes tableaux, ces jaunes éclatants, ces rouges Brueghel, ces violets ... ?

arbre_mort2

On parle avec les arbres, sans bruit, et leurs mots ont les couleurs de mes toiles.

Posté par noirdebougie à 18:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 octobre 2016

PREMIÈRE EXPOSITION DES BARD' BOUILLEURS

 

Première exposition des Bard'bouilleurs. Tout est dit dans l'article de Michelle Pallay du journal "le Progrès" du 13 octobre 2016. Quatre accrocheurs sur la photo mais six exposants pour cette édition. Gageons que l'an prochain nous serons plus nombreux et que le temps nous sourira.

article Bard

affiche_1__Bard_comp

Vernissage jeudi 3 novembre à partir de 18h. Les Bard'bouilleurs seraient très heureux de votre présence pour encourager la peinture en plein air.

Posté par noirdebougie à 12:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]