Construire une exposition c'est faire un choix. Il y a d'abord des toiles, de formats, de couleurs, de thèmes, de techniques, de supports différents. Il y a un espace avec ses murs (couleur, hauteur ...), ses recoins, ses lumières naturelles et (ou) artificielles (qui peuvent se reflèter sur les verres des encadrements) et ses ombres. Il y a le parcours du visiteur qu'il faut imaginer, sa promenade visuelle depuis l'entrée jusqu'au dernier tableau avec des relances d'intérêt dans des endroits stratégiquement répartis.

Différentes pistes de réflexion :

- Accrocher n'importe comment ...  NON !

- Accrocher les œuvres par techniques, les acryliques, plus brutes, sur les  grands murs et garder un coin plus "cosy" pour les pastels plus délicats. Trop évident, non !

- Faire un accrochage géographique : au centre les ponts et de chaque côté, au fure et à mesure de leur éloignement géographique, les paysages côté barrage ou côté Andrézieux (côté de Méséglise ou côté de Germantes :-) ). Trop conceptuel, non!

- Faire dialoguer une acrylique et un pastel, comme le requin et son "rémora". Intéressant, j'essaye.

Sans titreMême sujet, même gamme colorée mais techniques (acrylique, pastel), formats très différents.

 

dia

Ici, sujet, format, technique très différents mais tout repose sur la complémentarité du bleu et de l'orange.

 

didiSujets et techniques différents mais même perspective centrée, et principe identique de lumière passant à travers une grille (rambarde du pont ou branches d'arbre) et découpant des ombres au sol.

Etc.

 

Pour le moment je pars sur cette idée.