Pour moi, avant d'y aller, le confluent des deux fleuves si différents, c'était la belle sculpture d'André Vermare, place des Cordeliers, au bas de la façade de la bourse.

Rhone_Saone_DSD_7528

les_deux_fleuves_s_accouplent_au_palais_de_la_bourse_photo_dr

 "Bonjour" dit le Rhône à la Saône en la découvrant et tous deux disent "adieu" à la ville de Lyon dans ce dernier effleurement au triangle de la confluence,

conf_1

 pour s'en aller, forts de leur union, vers des aventures ensoleillées.

conf3

Et c'est un bien bel endroit de reflets, de courant, et de frissons à la surface des deux fleuves.

conf2

 

Alors, l'architecture de l’agence autrichienne Coop Himmelb(l)au pour le Musée des confluences m'a déçu. Pointue, baroque, presque agressive, opposant une grande ombre au soleil et éloignée de l'esprit lyonnais de discrétion et de mesure.

Selon le site du Musée l’architecture suggère "l’infinie diversité des connaissances et la pluralité des vocations d’un espace mixte, un lieu de découverte, d’émerveillement, de partage des savoirs dédié à tous les publics".

Une architecture que l'on pourrait trouver partout dans le monde à proximité d'une autoroute, d'un centre commercial et d'immeubles de bureaux...

Mais il se trouve à la confluence du Rhône et de la Saône et pas n'importe où dans le monde.

Pourquoi pas la fluidité des architectures de Zaha Hadid à Reggio di Calabria.

hadid_reggio_1

 

 ou le beau travail d'intégration, le long de la Seine, de l'agence Jacob + Macfarlane pour la Cité de la mode.

docks_de_paris_jm120109_nbp_1

 

Ou peut-être, deux volumes se rencontrant, comme les deux fleuves, dans ce croquis de Marie-Odile Foucras pour les Ovalys au Fort d'Issy-les-Moulineaux.

01_Croquis_ISSY

 

Que chacun en juge.

confluent